La Recherche Scientifique en Antarctique : pourquoi, comment ?

Colloque scientifique à l’occasion de la 43ème Réunion Consultative du Traité sur l'Antarctique

Samedi 19 juin 2021, 9h15-17h00 CET

Palais de la Mutualité, 24 rue Saint Victor, Paris Ve (Métro Maubert-Mutualité)

En français avec traduction simultanée en anglais

Du 14 au 24 juin 2021 aura lieu à Paris la 43ème Réunion consultative du Traité sur l'Antarctique, dont la France assumera la présidence.

A l’occasion de cet évènement international, différents acteurs intervenant en Antarctique ont souhaité se mobiliser pour organiser un évènement à destination du grand public : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), l’Office français de la biodiversité (OFB), l’Institut polaire français Paul-Émile-Victor (IPEV), et le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN).

Tous interviennent dans les zones antarctiques et subantarctiques. Ils mettront en lumière leurs travaux de recherche scientifique et témoigneront des conditions d’accès, de travail et de vie dans ce milieux extrême.

Samedi 19 juin 2021

Programme

9h15 : Introduction

  • Guillaume Lecointre, professeur du MNHN, chercheur en zoologie, conseiller scientifique du président du MNHN.
  • Walter Mác Cormack, directeur de l’Institut antarctique argentin.

9h30 – 10h45 : L'Antarctique, continent observatoire pour une diversité de disciplines scientifiques

L'Antarctique et le domaine subantarctique sont des régions du globe qui nous paraissent extrêmes de par les conditions qui y règnent, et riches d'enseignements pour la science. Au-delà de l'avancée des connaissances scientifiques, en quoi ces régions doivent-elles faire l'objet d'une surveillance de long terme ? On parle d'observatoire : quelles disciplines scientifiques ont besoin de tels "observatoires" et pourquoi ? De quoi ces "observatoires" sont-ils les témoins ? La recherche et l'exploration s'y mènent depuis longtemps : quel patrimoine nous lèguent-elles, et comment le préserver, voire le faire vivre ?

Animatrice : Mireille Raccurt, docteur en Biologie, retraitée du CNRS et ex présidente du Comité national français des recherches Arctiques et Antarctiques.

  • Astronomie : Isabelle Vauglin, docteure en astrophysique au Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, Observatoire de Lyon.
  • SHS/ethnologie : Frédérique Chlous, professeure d’anthropologie, directrice du département Homme et Environnement, MNHN.
  • Aspects géopolitiques et juridiques des régulations : Anne Choquet, enseignante chercheure en droit à Brest Business School, chercheure associée à l’UMR Aménagement des Usages des Ressources et des Espaces marins et littoraux (AMURE)
  • Géophysique : Dimitri Zigone, responsable des observatoires sismologiques dans les TAAF, enseignant-chercheur à l'École et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg (EOST)
  • Pêche utilisée par les scientifiques : Clara Peron, maître de conférences au MNHN, Biologie des organismes et écosystèmes aquatiques (BOREA).

11h – 12h15 : Des humains en Antarctique

Accéder à l’Antarctique ou au domaine subantarctique est une aventure humaine. Qui part ? Quelles classes d'âge ? Selon quels critères ? Comment se passent les sélections ? Comment la société se transporte-t-elle là-bas ? Qui applique la loi ? Comment les participants supportent-ils un hivernage ? Avant l'époque du web ? Après ? Quel impact la société antarctique se donne-t-elle dans les media ? L'activité d'encadrement, l'activité technique, l'activité scientifique sont donnés à voir dans les écoles, films, documentaires, BDs, livres, blogs, oeuvres d'art, projets pédagogiques... Comment sélectionne-t-on les projets ? Comme il existe des amicales d'anciens combattants, il existe aussi des amicales d'anciens de l'antarctique : Qu'est-ce qui les soude ? Pourquoi faire la promotion de l'Antarctique ? Quelle est la place de l'Antarctique dans la culture : dernière frontière ?

Animateur : Denis Duclos, directeur des relations européennes et internationales, directeur des relations avec les Outre-mer, MNHN.

  • L'encadrement administratif : Alain Quivoron, chef du district de Terre Adélie de décembre 2018 à décembre 2019, base Dumont d'Urville.
  • Promouvoir l'Antarctique - l'APECS : Coline Marciau, doctorante sur l'écologie du manchot Adélie.
  • L'hivernage à Concordia : Vitale Stanzione, Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), expéditions en Antarctique dans le cadre du Programma Nazionale Ricerrche in Antartide (PNRA).
  • La diffusion vers tous les publics : Aude Sonneville, directrice du département communication de l’Institut polaire français (IPEV).
  • Médecine de l’extrême et recrutement : Claude Bachelard, ex-médecin-chef des TAAF et de l’IPEV, retraité.

14h – 15h15 : Changement climatique et pressions anthropiques en Antarctique

Comment la glaciologie, l'océanologie et les sciences de l'atmosphère nous renseignent-elles sur les pressions anthropiques qui pèsent sur le continent et l’océan antarctique et le changement climatique ? Fait-on la distinction entre les perturbations globales (réchauffement, acidification des océans, pollution) et les perturbations locales ? Quelle est la pression touristique et ses impacts ? Que peut-on faire pour limiter ces impacts, et limiter la pollution locale induite par la présence humaine ? S'agissant des bases scientifiques, comment les déchets sont-ils gérés ? La notion de base écoresponsable se généralise-t-elle à l'international ?

Animatrice : Sylvie Dufour, directrice de recherche au CNRS, MNHN, Institut de l'Océan de l'Alliance Sorbonne Université.

  • Glaciologie : Vincent Favier, physicien adjoint, maître de conférences à l'Institut des Géosciences de l'Environnement (IGE).
  • Océanologie : Marie-Noëlle Houssais, directrice de recherches CNRS, océanographe, Laboratoire d'Océanographie et du Climat (LOCEAN).
  • Sciences de l'atmosphère : Christophe Genthon, directeur de recherche CNRS, spécialisé en météorologie polaire, Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD).
  • Tourisme, pollutions, comment limiter les impacts : Guillaume Cottarel, juriste, chargé des questions européennes et antarctiques, TAAF.
  • Bases écoresponsables et gestion des déchets : Eric Morbo, directeur des services techniques, TAAF.

15h30 – 16h45 : Fragilité des écosystèmes antarctiques, incluant le terrestre et le marin/pêche incluse

En quoi la faune et la flore antarctique et subantarctique sont-elles originales ? Quelle recherche sur cette biodiversité ? En quoi les écosystèmes antarctiques et subantarctiques, qu'ils soient terrestres ou marins, sont-ils fragiles ? Quelles protections ? Quelle est la pression de pêche dans les mers australes ? Quels moyens pour faire respecter la loi ?

Animatrice : Phénia Marras, chargée de mission milieu marin et coopération internationale, Office français de la biodiversité (OFB).

  • Faune benthique : Elie Poulin, professeur à l'Université du Chili à Santiago.
  • Glace-Polynies : Sara Labrousse, chercheure post-doctorante en écologie polaire, Sorbonne Université, LOCEAN.
  • Milieu terrestre subantarctique : Marc Lebouvier, ingénieur de recherche, CNRS, Université de Rennes, unité Écosystèmes, Biodiversité, Évolution (ECOBIO).
  • Prédateurs : Yan Ropert-Coudert, directeur de recherche au CNRS, membre de la délégation française à la RCTA, président du Comité national français des recherches Arctiques et Antarctiques (CNFRA).
  • Biodiversité marine antarctique : Philippe Koubbi, professeur en écologie marine à Sorbonne Université, chercheur à l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER).

16h45 – 17h : Conclusions

  • Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité.
  • Guillaume Lecointre, professeur du MNHN, chercheur en zoologie, conseiller scientifique du président du MNHN.

Pour toute inscription ou demande de renseignements complémentaires